08.05.2014

ADIEU MAX

 photo journal.jpgJONQUIÈRES 

HOMMAGE A MAX MESTRE

Ce Samedi 3 Mai 2014, plus d’une centaine de marcheurs ont rendu un dernier et solennel hommage à Max Mestre, fondateur et président de l’association des « Passéjaïres du Canton de Durban », en foulant les sentiers et chemins de son village de Jonquières, « camins » qu’il parcourait régulièrement avec Toy son fidèle épagneul breton. Empreinte d’une grande émotion, cette marche s’est achevée par le dépôt d’une plaque du souvenir sur sa dernière demeure.

Cette association fondée par Max en 2010 dans le cadre du Développement Local de la Communauté de Communes du Canton de Durban Corbières dont il était Vice Président,  regroupe deux cents marcheurs issus à l’origine des 14 communes du Canton, et rayonne aujourd’hui jusqu’à Fabrezan, Lézignan, Palairac, Tuchan, Narbonne et Carcassonne. Elle restera le dernier grand engagement de Max et sa devise symbolise la représentation de la vie telle qu’il la concevait et telle qu’il l’a vécue : « se rencontrer, se connaître, marcher c’est convivial ».

Après avoir usé ses pantalons sur les bancs de la Communale de Jonquières, avec son cousin Claude, Max quitte le pays pour s’en aller suivre des études secondaires techniques d’abord à  Mazamet et ensuite à Tarbes, malgré qu’il ait déjà rencontré Monique, sa future épouse. C’est là qu’il connaîtra ses indéfectibles amis de toujours, Pierrot et Pierrette.

1959. Grande date de sa vie. Il réussit le concours d’entrée à l’Ecole d’ Ingénieurs des Arts et Métiers à Cluny et en ressort quatre ans plus tard avec son diplôme en poche, non sans avoir fait découvrir le rugby et la pétanque à ses collègues Bourguignons. Après une année de formation chez Sud Aviation à Toulouse, se pose à Max la question de son orientation professionnelle. Sa formation le prépare tout naturellement à une grande carrière dans l’industrie. Convoqué à un entretien d’embauche à coté de Thionville, dans la « Vallée des Hauts Fourneaux », là ou à cette époque le soleil ne brillait jamais car masqué par la pollution atmosphérique, il en revient en jurant « jamais cela, je vivrais dans les Corbières ! ». Il ne les quittera plus.

Ingénieur en Chef aux Services Techniques de la Ville de Narbonne, pendant six ans, en 1971 il décide de se consacrer aux jeunes et à l’enseignement. Il devient Chef des Travaux responsable de l’enseignement professionnel, en charge de la gestion matérielle et pédagogique à la Cité Technique de Narbonne (aujourd’hui, Lycée Diderot), fonction qu’il assumera tout le restant de sa vie active. Par sa recherche de l’excellence il a poussé son établissement vers l’enseignement supérieur. L’animation et  le travail en équipe qu’il a impulsés ont permis de créer la section BTS Maintenance et d’obtenir des résultats exceptionnels. L’impact fut tel que l’organisation Narbonnaise fut prise comme exemple au plan national et jusqu’en Catalogne espagnole. Quelques jours avant son départ, Max participait encore à l’assemblée générale de l’association des anciens élèves « Narbonne Maintenance » qu’il avait créée dans un objectif d’entraide pour l’emploi. Il faut souligner que pour pouvoir enseigner à la Cité Technique et bien que titulaire d’un diplôme d’ingénieur, Max avait du reprendre les cours afin d’obtenir une Agrégation de Mécanique. Hasards de la vie,… son petit fils Damien est Ingénieur des Arts et Métiers de Cluny et sa petite fille, Camille est professeur agrégé de Mathématiques ! Toute la vie de Max aura été un engagement permanent vers l’autre : rencontrer, découvrir, aimer, animer, s’impliquer, fédérer et tout cela dans la défense, la préservation et le développement de son Pays, « les Corbières ». Très engagé dans la vie politique et associative locale, on le retrouvait toujours impliqué dans de nombreuses activités. Conseiller municipal pendant 16 ans, puis Maire de Jonquières durant 28 ans, Vice Président actif et mobilisateur de la Communauté de Communes du Canton de Durban Corbières, Délégué au Pays Touristique Corbières Minervois, militant politique, joueur et entraîneur de rugby, spécialiste de la permaculture, trufficulteur, Max a toujours refusé les mandats départementaux ou régionaux considérant que son engagement n’avait d’efficacité que sur le terrain.

 

hommage_max_jonqui�res_le_3_mai_2014_038.jpg

 

Après avoir vécu la vie qu’il avait choisie, Max Mestre est parti, trop tôt pour tous et pour ses deux autres petits enfants, Thomas et Chloé-Kay qu’il ne verra pas grandir, mais Max reste présent à nos cotés. Toutes nos condoléances à Monique son épouse, ses enfants, petits enfants et toute sa famille.

Photos: 1- Max fut Ingénieur en Chef des services tecniques de la ille de Narbonne 

 2-Une centaine de reandonnaurs sont venus lui rendre à Jonquières un dernier hommage

 

05.04.2014

JONQUIERES: Un 2ème mandat pour Richard AMIGUES

 

p1010040 (Copier).jpg

Vendredi 28 mars, s’est tenue à la mairie de Jonquières, la 1ère réunion du conseil municipal nouvellement élu : une équipe réduite à 7 membres depuis, cette année, ce qui a imposé des choix contraignants. Sous la présidence du doyen, Max Mestre et  le secrétaire de séance étant le benjamin, David Bardiere, le maire sortant, Richard Amigues, a été élu à l’unanimité, ainsi que le 1er adjoint, Jacques Piraud et le 2ème adjoint, Jérôme Séguy.

Le maire prit la parole pour remercier les conseillers de lui avoir renouvelé leur confiance et de lui permettre ainsi de continuer les actions entreprises durant son 1er mandat.  Il témoigna sa reconnaissance aux conseillers qui l’ont soutenu dans l’exercice de ses fonctions durant les 6 années passées. Puis, il dit toute sa satisfaction de se retrouver au sein de cette équipe et il indiqua la direction à poursuivre : être à l‘écoute des habitants,  faire de Jonquières un village accueillant et vivant, ouvert sur l’extérieur. La séance se termina par un apéritif. 

Photo : Les conseillers autour de leur maire Richard Amigues

01.03.2014

Los Passejaïres à la Recaoufa

 

la r�caoufa cascastel villeneuve cascastel 052.jpg

Belle journée pour les randonneurs des Corbières .dont le siège est mairie de Jonquières.. Ils sont nombreux ceux qui nous ont rejoints des villages alentours et de plus loin encore. En ce dimanche, Los Passejaïres se sont rassemblés devant la Cave de Cascastel. La fraîcheur piquante des 2 degrés du matin  incite à un départ rapide. Mais ceux qui viennent de passer 3 jours dans les neiges de Formiguères, ne se soucient pas du froid. Direction Villeneuve des Corbières ; on presse le pas : le petit déjeuner  nous attend, café chaud, pain au chocolat… Après cette pause reconstituante,  montée vers « La Recaoufa ». La Vierge se situe à 376m d’altitude et pour l’atteindre, il faut « s’accrocher ». Les muscles des cuisses et des mollets se durcissent au fil de l’avancée et la température monte ! Mais, si le chemin est difficile, quel spectacle en récompense. Au premier plan le mont Tauch, à l’horizon un Canigou blanc sur fond de ciel bleu, scintillant sous le soleil, et à nos pieds les amandiers en fleurs… Un moment à savourer pleinement. Descente vers le village ; au foyer « les dames de Villeneuve » nous attendent avec  apéritif et toasts. Merci à elles, présentes à chaque marche sur le village et à Alain Izard, maire de Villeneuve qui ne manque jamais de bien recevoir les Passejaïres et de mettre des locaux à disposition. On reprend la route vers Cascastel, où nous attend dans un foyer agréablement rénové, un excellent repas, préparé par les restaurateurs  du « Clos de Cascastel », marcheurs à leurs heures. Terrine de poisson, fine choucroute, glace au miel…Merci d’aussi bien cuisiné… Avec sa verve habituelle André Cournède, maire de Cascastel, nous accueille et partage ce chaleureux moment avec nous. Merci à lui pour sa belle hospitalité. Et pour ceux des randonneurs qui le désirent, l’après midi leur offre la possibilité de  visiter le château qui leur est ouvert et expliqué par Jean François Bonnet. Cette balade de février fut  vraiment un beau dimanche de printemps. La prochaine marche des Passejaïres est fixée au samedi 16 mars à Villeneuve Minervois ; en après balade, découverte de « la maison de la truffe ». Belle journée en perspective

Photo : Les Passejaïres à la Vierge de Recaoufa

15.02.2014

Hommage à un ancien André Rousset.

Notre village vient de perdre un de ses anciens. Notre ami André Rousset nous a quitté subitement le 10 Février à l’age de 84 ans. Parpaillot cévenol, originaire d’Anduze dans le Gard, André a entamé sa vie professionnelle dans l’industrie à Lodève. Sa rencontre et son mariage avec Célestine le conduirent à Jonquières. Homme discret et de grande culture, André a consacré sa vie à trois grandes causes : la vigne. Tous les matins il partait sur son inséparable « mobylette » qui ne le quittait jamais, sans oublier de ramener tous les soirs les souquets pour la cheminée. L’Indépendant dont il fut correspondant local pendant près de 45ans, ses publications étant toujours introduites par l’expression « Al pe del roc » (au pied du rocher) en référence à la situation géographique de notre village. Tous les jours dès 5 heures, le journal était déposé chez les lecteurs. La mairie de Jonquières. Conseiller municipal pendant 37 ans durant les mandats de 3 maires successifs, André très actif dans la gestion communale avait pour mission les jours d’élections de surveiller l’urne et d’accompagner le maire pour déposer et commenter les résultats du dépouillement à la gendarmerie de Durban Corbières.

Par nos colonnes, nous saluons son fils Stéphane qui par sa présence quotidienne a permis à son père André, de rester vivre dans sa maison de Jonquières après le décès de Célestine (sa mère). André, ta silhouette pliée en deux sous la force du cers et des travaux de la vigne nous manquera. Nous tenons à présenter à toute sa famille ainsi qu’à tous ceux que ce deuil afflige nos plus  sincères condoléances.

                                                    Photo André Rousset

 

André Rousset.jpg

 

16.12.2013

Une cuisine gastronomique pour les chasseurs de l’AICA St Victor.

                        COMMUNE DE FONTJONCOUSE

C’est à l’initiative de Mr le Maire de Fontjoncouse, de Mr Gilles Goujon, Chef 3 étoiles de l’Auberge du Vieux Puits et de Christian Clua, Président de l’ACCA de Fontjoncouse, qu’un repas de chasse fut organisé afin de fêter la rénovation toute récente du foyer communal de Fontjoncouse

L’AICA St Victor proposa tout naturellement de fournir la venaison nécessaire à la préparation d’un repas élaboré à base de produits typiquement locaux!

Le vendredi 6 décembre, 70 personnes se sont donc retrouvées dans une ambiance chaleureuse afin de fêter à leur manière la « bête noire » et le foyer municipal!

Après un discours insistant sur le rôle des chasseurs dans l’entretien et la conservation des chemins et des pistes d’accès aux massifs au sein des communes de l’AICA St Victor et la parfaite entente avec la municipalité de Fontjoncouse, le Président de l’AICA St Victor remercia les organisateurs, Gilles Goujon et son équipe pour leur savoir-faire, leur amabilité et leur talent. Il céda ensuite la parole à Eric Brissot, Conseiller Général et Maire de la commune qui témoigna de la forte implication des chasseurs sur le terrain et leur indiqua son soutien dans leur projet de réalisation de leur local de chasse.

Enfin, Gilles Goujon, ambassadeur s’il en est de la très haute gastronomie française, présenta le menu du soir aux convives: saupiquet préparé avec les foies de sangliers et pâté en croûte « maison » au foie gras pour les entrées. Le civet de sanglier fit le régal et l’unanimité des fins gourmets de l’assistance. Fromages fermiers et gâteau au chocolat aux fruits rouges clôturèrent ce divin repas.

Au cours de ce banquet où bonne humeur et convivialité régnèrent, nombreuses furent les parties de chasse « refaites » où les sangliers et les chiens furent les principaux héros de cette soirée! Les chasseurs exprimèrent leur passion de cette chasse si particulière en prise directe avec la nature sauvage des Corbières.

L’AICA St Victor recèle bien des talents et ce soir-là fut l’occasion d’apprécier la virtuosité de deux chasseurs mélomanes: André Malet, le célèbre trompettiste des Corbières et Christian Pomarède, saxophoniste fontjoncousois émérite se livrèrent à un véritable concert, revisitant quelques classiques du jazz, de fanfares bien connues ou de musiques plus modernes.

Des applaudissements nourris vinrent saluer le duo et le talent artistique de nos deux amis chasseurs.

La soirée s’acheva fort tard et rendez-vous est déjà pris l’année prochaine avec cette fois…du chevreuil.

 

repas aica fontjoncouse 2013 037 (Copier).jpg

 

 Photo La table des officiels

29.10.2013

3es Vendémiades de Jonquières

le trio arbus.jpg

Trois jeunes artistes réveillent une vieille église

Chapeau. Pour la 3e année consécutive, le village de Jonquières a fêté les vendanges avec un concert d'une grande qualité, donné en son église, suivi d'un apéritif dînatoire offert au public. Une formule gagnante qui allie gaiement nourritures spirituelles et terrestres et ranime le cœur d'un village avec un projet culturel exigeant.

Samedi 19 octobre, à 19 heures, les vendanges étaient à peine achevées (la faute au temps cette année !) qu'une cinquantaine de personnes se pressaient dans la petite église de Jonquières pour le désormais traditionnel concert qui ouvre les Vendémiades.

Cette année, c'est le Trio Arbus qui a fait résonner les voûtes de l'église Saint-Saturnin : Marie Héloïse Arbus, 15 ans, violon, Claire Arbus, 18 ans, piano, et Maxime Bazerque, 19 ans, saxophone (les deux derniers, Grands Prix du conservatoire de Toulouse, tous élèves de grands interprètes français). L'auditoire, ébloui par l'exceptionnel talent des jeunes interprètes et leur maestria au service des œuvres classiques, a longuement applaudi la 1re Sonate pour violon seul de Bach, une étude de Ferling pour saxophone, un prélude de Bach pour piano, l'intermezzo de la Symphonie espagnole d'Edouard Lalo pour piano et violon, enfin deux pièces de Piazzola pour saxophone.

                                       Puis apéritif dînatoire,

Façon « fête de voisins », cet apéritif,  alimenté par les plats confectionnés par les habitants, a prolongé cette soirée dans une bonne humeur chaleureuse autour des jeunes artistes.

Les Vendémiades de Jonquières ont débuté en 2011 à l'initiative de Michel Daynac (ancien universitaire devenu viticulteur) qui a immédiatement reçu le soutien des édiles municipaux, des Festejaïres et de l'ensemble des habitants de Jonquières.

Lors des 1res Vendémiades, grâce à la Winner Team (duo de renommée nationale clarinette-accordéon entendu depuis à la cave de Talairan et aux Jeudis de Perpignan cet été) l'église s'était réveillée au son de ses notes klezmer et d'une brillante réinterprétation des grands standards français et américains.

En 2012, c'est le talentueux Coustouge Jazz Band, venu en voisin, qui sonnait brillamment la fin des vendanges.

Avec ce nouveau succès, les Vendémiades de Jonquières laissent entrevoir pour le patrimoine local une nouvelle destination et une nouvelle vie, qui devrait se concrétiser par le lancement d'un programme de rénovation de l'église.

 

claire et marie h�lo�se arbus interpr�tes de bach et lalo.jpg.jpg

 

 Photos  1-Le trio Airbus, trois jeunes talents

2-Une violoniste de 15 ans Marie Héloïse Airbus accompagne de sa soeur au piano

 

 

 

 

 

 

26.08.2013

Vommune de Jonquières :AICA St Victor: ouverture réussie chasseurs comblés

 

chasse Jonquières (Copier).jpg

La semaine de l’ouverture de la chasse au sanglier fut riche en émotions pour les chasseurs de l’Association Intercommunale de Chasse Agréée « St Victor » regroupant les villages de Coustouge, Fontjoncouse, Jonquières et Saint Laurent de la Cabrerisse.

Le 15 août, jour de l’ouverture, une première battue permit de prélever 2 animaux: le premier, d’un poids respectable de 65kg fut stoppé net par Fernand Audouy. Mais quelle surprise pour ce chasseur chevronné qui découvrit en s’approchant de la bête qu’elle portait une excroissance de plusieurs centimètres sur la hure.

Les suppositions allaient bon train à la fin de la battue: antenne de détection des chasseurs (défectueuse!) ou sanglier croisé avec un rhinocéros? A ce jour, la question reste sans réponse!

Le samedi suivant, 5 sangliers vinrent grossir le tableau des fines gâchettes de l’équipe qui poursuivirent le dimanche en réussissant à abattre 4 autres suidés dont un mâle très armé de 83kg qui n’a pas échappé à la précision du tir de Francis Molinier.

Une chose est sûre: cette saison semble déjà prometteuse et les premières battues ont mis en évidence des qualités de chasse exceptionnelles de plusieurs jeunes chiens. Les piqueurs, notamment les plus jeunes, sont plus que jamais motivés et les postés aux aguets au moindre craquement!

C’est donc une excellente ambiance, de grande convivialité et de forte amitié qui régnait en cette semaine d’ouverture au sein de l’AICA St Victor.

L’équipe est unie par cette passion de la chasse au sanglier depuis 1985 et accueille des chasseurs de Narbonne et des villages alentours qui trouvent dans les 11000 hectares du territoire de quoi se faire plaisir!

Ils continueront donc à se retrouver trois jours par semaine jusqu’à la fin du mois de février avec au programme une St Hubert en fanfare et quelques grillades pour fêter de belles parties de chasse!

Photo: Une équipe de passionnés de chasse au gros