17.05.2014

Il était une fois l’Union Bouliste Jeu Lyonnais

 

Scan0006 [800x600].JPG

Fabrezan en 1921 créait sa société bouliste jeu lyonnais sous la dénomination Union Bouliste et prenait son siège au Café du Théâtre. Soixante cinq années d’activité ont fait connaître des années de gloire, avec des joueurs exceptionnels de talent qui furent connus dans le monde bouliste aujourd’hui localement éteint. Le jour de l’Ascension était jour de fête et la popularité de ce sport amenait localement de nombreuses quadrettes venant d’un quadrilatère régional, Toulouse, Perpignan, Béziers, Castres. Le record obtenu dans les années 60 fut de 95 quadrettes, (environ 400 joueurs) sur des cadres couvrant toute l’esplanade de l’ancienne gare, les grandes cours de propriété et quelques rues qui n’avaient pas encore reçu de revêtement bitumineux. La société avait un effectif (jeunes et anciens compris) de près de cent joueurs et les concours internes en nocturnes se pratiquaient cinq jours par semaine. Ceux qui ont pratiqué ce sport, (ils n’en reste que quelques uns, anciens 75ans et plus, jeunes ayant passé la cinquantaine) ont peut-être eu, en ce jour du jeudi de l’Ascension un rappel de souvenirs avec sûrement la nostalgie marquée de cette fête sportive locale.

Photo :Image d’un concours dont plusieurs acteurs ou supporters nous ont quittés

14.04.2014

2 août 1999 Dominique Baudis dédicace son livre et est intronisé à Fabrezan

 

img030.jpg

2 août 1999 Dominique Baudis dédicace son livre et est intronisé à Fabrezan

C’était une journée ensoleillée, où à l’ancienne gare des tramways, Dominique Baudis était invité lors de la fête des Vins du terroir de Lagrasse à Fabrezan, dont le responsable Alain Valéro actuel Président de la Ligue Languedoc Roussillon et Président du Comité de l’Aude de Pétanque, était un des organisateurs avec la municipalité fabrezanaise. M. Baudis était Maire de Toulouse, et eut l’honneur d’être intronisé Chevalier de l’Illustre Cour des Corbières  en même temps que Mme Odile Denat Directrice Cave Coopérative de Camplong, M.Pousson Conférencier, et Chapot Directeur du Cellier Ch.Cros  Fabrezan. Il eut également plaisir à dédicacer son livre sur le Catharisme « Raimond d’Orient » ou Mme Janine Garel Présidente de l’Association Art et Environnement en fut première acquéreuse.

img027.jpgimg028.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivait un repas convivial en plein air accompagné de l’orchestre André Malet (Ferrals) servi par le traiteur du Café des Sports de Ferrals, à plus de 200 convives où prirent part aux côtés de M.Cano de la Chambre d’Agriculture,  des maires de Fabrezan M.Séguier, Camplong M.Lépine, ceux de Lagrasse et Ribaute. (À voir mes chroniques sur ce sujet  du 7, 9, 11 et 12 août 1999 sur Fabrezan, Ferrals et Camplong). Nous ne pouvons qu’ajouter à notre chronique la réelle sympathie, la gentillesse et l’amabilité qui furent un lien d’amitié avec tous, grâce à la littérature d’un écrivain et maire de Toulouse M. Baudis ayant marqué à Fabrezan un inoubliable souvenir.

 

img029.jpg

 

Photos

1-     Dédicaces de Dominique Baudis pour son livre « Raimond d’Orient »

2-     Alain Valéro organisateur faisant apprécier le blanc du terroir à D.Baudis

3- Intronisation de Dominique Baudis Chevalier de l'Ilklustre Cour des Corbières

4-     La littérature fut lien amical avec les maires de Fabrezan et Camplong

03.03.2014

Il y a 52 années le judo fabrezanais battait son plein

 

JUDO FABREZAN 1962.JPG

Cette années là, 1962 Fabrezan connaissait une activité débordante dans le sport de judo, créé par le regretté docteur Conte, de St-Laurent de la Cabrerisse, ayant réuni sur le tatami une multitude d’adeptes dont certains en ont fait la gloire. Bien sur quelques uns d’entre eux nous ont quittés, et c’est avec une certaine nostalgie qu’avec le temps qui a passé, ceux qui ont fréquenté ce sport ont sûrement quelques pincements au cœur. Il faut signaler que de nombreux titres ont fait flotter bien haut le fanion local, de nombreuses ceintures noires ont été gagnées grâce à la persévérance, à l’attention des acteurs, ainsi qu’aux efforts consentis par les dirigeants de l’époque auquel le docteur précité fut d’un grand dynamisme, d’un sérieux exemplaire, se mettant en permanence toujours à la disposition de son club et de tous les éléments sportifs, débutants ou confirmés

Photo Entouré de judokas le Docteur Conte (6ème debout en partant de la g.) en 1962

15.12.2013

En feuilletant l’album aux souvenirs Le saviez-vous ?

 

omnibus fab.moux 1914.jpg

Cela va faire déjà un siècle (veuille de la Grande Guerre) lorsque les conscrits de la classe 14 (ceux nés en 1894), étaient venus demander au chef de gare M.Fraisse, de pouvoir utiliser la calèche des Tramways de l’Aude pour les emmener à leur conseil de révision à Lézignan. Ce qui fut demandé fut exécuté sur le champ.

Mais saviez vous que : cette calèche appelée communément l’omnibus réalisait journellement le trajet gare de Moux à gare de Fabrezan afin de permettre à certains voyageurs de la ligne Carcassonne Lézignan de bifurquer pour se rendre dans les villages des trois directions, l’une Fabrezan-Port La Nouvelle, l’autre vers Mouthoumet et la troisième Lagrasse-St-Pierre des Champs le petit train n’allant pas au-delà de ces trois sites.

Le document joint, présente les conscrits et certains de leurs amis avant leur départ pour cette journée mémorable pour eux. Le conducteur de la calèche avec ses deux chevaux n’était autre que mon grand père Pierrounet, employé avec un de ses collègues Félix. Parmi les conscrits, futurs soldats mobilisés quelques mois après cette année là (1914), certains ont laissé malheureusement leur vie sur les champs de bataille durant ces quatre années. Quant au devenir de la fonction omnibus et tramways de l’Aude, 1930/31 fut la der des ders.

Photo : Une calèche tirée par 2 chevaux servait d’omnibus Moux Fabrezan

05.10.2013

Cette année là ce jour là…mes parents m’ont conté

2013.09 (oct) 01 003.jpg« C’est le 5 octobre 1966 en maternité, ma mère me mettait au monde, j’ouvrais les yeux sans avoir connaissance de ce qui s’était passé cette nuit là »

Eric Roucoux (57ans) expert comptable à Lézignan nous rappelle les évènements catastrophiques de cette nuit du 4 au 5 octobre 1966 où plusieurs villages du Lézignanais ont été frappés par une trombe d’eau qui a ravagé catastrophiquement le village de Fabrezan, avec le décès de Mme Lecoeur, noyée dans son habitation, et  plus de 60 véhicules et deux tracteurs détruits par les inondations dues au ruisseau de la Fount’Introuse.

« Mes parents, mon père propriétaire, ma mère institutrice au Hameau de Villerouge la Crémade, commune de Fabrezan en ont gardé le souvenir lequel  correspond en plus à mes journées  anniversaires, souvent ils m’ont raconté les évènements qui durant de nombreux jours furent  la une des quotidiens. »

                                             Le mardi 4 oct. à 22h

*Les commentaires des journaux présentaient de nombreuses photos insolites, des tracteurs enlisés dans le lit de l’Orbieu, des véhicules dans de drôles de positions, sous l’effet d’un orage extrêmement violent, où un maigre ruisseau pris l’allure d’un torrent, pendant plus de deux heures. Les flots furieux se sont engouffrés dans la rue principale coupant le village en deux…..de mémoire d’hommes  jamais à Fabrezan on n’avait assisté à pareil spectacle. Au carrefour des routes de St-Laurent et Lagrasse au droit du Grand café les eaux atteignaient une hauteur de plus de 2m, 50. A 4 heures du matin le 5 octobre on pouvait circuler dans les rues, c’était pour percevoir un spectacle de désolation.

                                         Comme pensait Victor Hugo

Se pencher une fois encore sur ces mauvais souvenirs ne devrait pas être inopportun  pour autant, bien au contraire, car ces catastrophes se reproduisent assez souvent quelque part dans le Monde, à Fabrezan, nous avons eu : novembre 1999. Notre conclusion nous l’associerons à un poème classique de Victor Hugo ‘Océano nox’ qui en deux vers nous révèle : «   Puis votre souvenir même est enseveli, le corps se perd dans l'eau, le nom dans la mémoire. »

*quotidien du 6 octobre 1966

2013.09 (oct) 01 001.jpg

Photos : Eric Roucoux présente notre quotidien sur les lieux mêmes de la catastrophe

16.08.2013

L’album aux souvenirs chez le Troisième âge

Le Frjep a fêté dernièrement ses cinquante années d’activité où des milliers de photos ont rappelé aux anciens, mais aussi aux jeunes générations les photos d’un passé qui à chaque fois met dans la plupart d’entre nous une note de nostalgie inexorable. A la demande de quelques lecteurs de notre chronique, revoir ceux qui durant les trois ou quatre dernières décennies ont été les pionniers du club du troisième âge leur serait agréable de contempler certaines photos.

Nous tenons à les satisfaire, leur présentant un groupe de ces années là, où la totalité d’entre eux nous ont quittés. Leurs descendants auront plaisir sur cette image à les contempler, mais aussi leur expliquer que le troisième âge de 2013 n’est autre que des jeunes de cette époque là.

 

2013. (août) 011 010.jpg

Photo Les membres du 3ème âge  en 1976

06.04.2013

Nos sapeurs pompiers en 1958

 1958 pompiers Fabrezan.jpg

 Lors de la Ste Barbe en cette année là, le groupe de sapeurs pompiers se réunissait pour la photo souvenir devant le monument aux morts en présence de M.Ghislain Bouffet, maire de l’époque. A ses côtés les adjudants Léon Cros, et Martin Serres qui après la guerre de 39/45 avaient reconstitué le corps des sapeurs. Vous pouvez reconnaître ceux qui aujourd’hui nous ont tous quittés.

1er rang :Louis Navarre, Charles Serres, Julien Garros, Léon Cros, le maire G.Bouffet, Martin Serres, Jean Marcérou, Hermes Bordes, François Laynet, et Jean Cros

2ème rang : Louis Rolland( en civil), Jean Galignier, Achille Pechmarty, Lucien Pelous, et Firmin  Delpech (en civil) derrière avec le képi M.Edmond Blanc (commissaire local)

Une de leur principale intervention fut le grand feu ayant entièrement détruit la maison de M. et Mme Alexandre Melix, route de Lagrasse le jour de l’an 1951

Signalons les chefs de corps qui se sont succédés à la suite : Julien Garros, François Laynet, Crémailh Jean Marc, Eric Marcérou et à ce jour Jean Pierre Garel.