27.02.2014

Le loto des chasseurs clôture une saison prolifique

 

2014.02.(jfev) 23 003.jpg

Dimanche 23 février  après la soirée loto, organisée par l’ensemble des chasseurs, aura été une fin de saison mémorable pour les ceux de l’Aica du président Fabrice Bousquet. Ces derniers vont ranger fusil et carabine, la chasse au gros gibier ayant terminé en ce derniers dimanche  de février 2014. Quant à celle du petit gibier il reste quelques jours pour la clôture générale aux oiseaux de passage, pour le Président Jacques Dessales, le bilan pourra être établi lorsque les carnets de prélèvement lui seront tous remis (à voir dans un prochain article)

                              Le deux centième sanglier tué le dernier jour

D’année en année les scores de sangliers abattus augmentent. En ce dernier jour de chasse un seul sanglier au tableau fut tué par José Yesté fils, portant le score total à 200. Quelques records ont été marqués : la plus grosse pièce, 130 kilos a été tirée simultanément par deux chasseurs Patrice Girard et David Chone ; bien que les sociétaires  soient au nombre de 54, la moyenne du nombre de chasseurs en battue a été de 32. Le doyen des chasseurs de gros  est le Lézignanais Carillo Antoine 74 ans. Il faut complimenter les tireurs d’élite Yves Perramond qui a atteint le nombre de 16, suivi de l’ex-président René Taillan 11 et du président actuel Fabrice Bousquet 10. Le chevreuil est aussi en augmentation, ce sont 13 chevreuils qui ont été inscrit au tableau.

                                 Le repas de clôture un sanglier et un chevreuil au menu

Le local du Moulin siège de l’Aica avait allure festive et conviviale. A la broche un sanglier et un chevreuil allaient combler l’appétit d’une cinquantaine de convives, lesquels ont apprécié de l’apéritif au dessert les crus locaux servis avec modération. Il n’en fut pas de même pour les histoires de chasse, citant tirs exceptionnels, chiens occis par un solitaire acharné, coups loupés, conté par des chevronnés du langage imageant par des gestes comme s’ils revivaient ce moment où, émotion, plaisir et satisfaction étaient ancrés en eux.

 

2014.02.(jfev) 23 001.jpg

 

 

Photos Le loto, pour un chasseur l’attente au carton plein, même émotion qu’en battue

                               

                                     

06:00 Publié dans CHASSE | Lien permanent | Commentaires (0)

19.02.2014

Les chasseurs vous invitent

Les chasseurs de l’Acca vous invitent à leur soirée récréative qui doit avoir lieu Samedi 22 février à 21h dans la salle des fêtes de Fabrezan. Le président Jacques Dessales, et les membres du bureau vous remercient d’avance de votre participation

 

06:00 Publié dans CHASSE | Lien permanent | Commentaires (0)

28.12.2013

Roger Diaz après 50 années de dévouement à la chasse jette l’éponge

2013.12.14 004.jpgRoger Diaz né en 1940 aux vieilles racines villerougeoises a connu dès son jeune âge,avec son père les joies et plaisirs de la chasse. Ses 18ans furent l’année de son premier permis.  A 20 ans, il s’engage volontaire pour 3 ans dans l’aviation militaire. En 1963, de retour au pays, il plonge à bras le corps dans le monde cynégétique, deviendra garde chasse assermenté durant 3ans. Après démission du bureau syndical de chasse Fabrezanais, avec son ami Emile Bergès ils reforment un nouveau bureau, mais un désaccord interne de quelques éléments les obligent à créer un bureau syndical indépendant pour Villerouge la Crémade, sous arrêté préfectoral  basé sur la loi 1901. Roger en prend la présidence.

Quelques années après, la réglementation nationale oblige propriétaires et chasseurs à fonder les ACCA. Villerouge entrant dans le domaine territorial fabrezanais verra dans ce cas, la création d’une section indépendante de gestion, tout en réservant le droit de chasse de tout fabrezanais. En 1979 se formera  une section chasse sanglier  dénommée l’Entente, avec les communes de Boutenac, Ferrals, St-Laurent, Thézan (y compris avec quelques éléments fabrezanais) qui sera résiliée après la création de l’AICA Rallye du Val d’Orbieu

En 2003, Roger sera nommé comme secrétaire trésorier avec procuration du président élu Emile Bergès. Son action sera toujours basée sur le développement interne sous contrôle de la Fédération Départementale, comme : création d’un enclos d’élevage du lapin forain (en 2011, alors que l’élevage comportait 300 lapins, le VHD en a détruit un bon nombre et provoquera l’arrêt de cet élevage). Ses efforts seront également  portés sur les lâchers de perdrix (2013, lâcher de 50 couples reproducteurs, et 100 perdrix adultes veille d’ouverture de chasse. Prévision identique pour l’année 2014.)

Après 50 années de son action cynégétique, Roger a dernièrement pris la décision de mettre un terme à celle-ci, il reste néanmoins membre actif et conseiller de ceux qui prennent la relève M.Sanchez Jean à la Présidence, M.Francis Coussière dans la fonction de secrétaire trésorier. Nous adressons nos meilleurs vœux de continuité à ces nouveaux et adressons à Roger nos félicitations pour son action durant ces 50 années de dévouement à la chasse

Photo : Roger Diaz reste cependant membre actif à l’ACCA

06.11.2013

Un sanglier de 120k abattu par le Rallye du Val d’Orbieu

 

DSCN0824 (Copier).JPG

En cette journée du 3 novembre, lors d’une battue au sanglier, l’AICA du Val d’Orbieu a sur le territoire du Domaine d’Argentiers, a réussi à abattre une belle bête de 120kilos, par les deux piqueurs Davis Manenc et Carlos Dafonseca. Malgré les défenses excessives, ce sanglier n’a pas abîmé de chiens.

Photo :

1-Carlos Dafonseca présente le sanglier de 120k abattu

2- Le sanglier présente des défenses excessives

 

DSCN0837 (Copier).JPG

 

06:00 Publié dans CHASSE | Lien permanent | Commentaires (0)

17.10.2013

Chasse au gros : de l'humour lors d'uin baptême inédit

 

gedc0998 (Copier).jpgLa chasse au sanglier, si elle demande du sérieux dans leur organisation, surtout en ce qui concerne la sécurité, a parfois certains côtés agréables souvent enfin de chasse, lorsque le tableau est assez conséquent.

L’Aica a parmi ses membres un très jeune chasseur, Nicolas Yesté, fils et petit fils de fines gâchettes, n’ayant que 15 ans, pratiquant pour sa première année, la chasse accompagnée.

A la première de ses sorties, aux côtés de son père José-Manuel, sa première balle savamment ajustée arrête net une bête de 50 kilos. Fin de soirée, le chef de battue décide de baptiser devant St-Hubert Nicolas. Jean Marc Crémailh faisant office de prête, son ami André Tavagnutti de sacristain, le coiffent du terminal de peau avec queue, récitent la prière de St-Hubert, l’aspergent du sang de sanglier, et le déclarent chasseur membre à vie. Vue la chaleur de cette journée, les guêpes envahissantes se fixant sur son corps, il eut droit à un arrosage au jet d’eau, avant que toute la troupe des chasseurs lève le verre de l’amitié en son honneur, apéritif offert par les parents et grands parents de Nicolas qui se souviendra de sont premier sanglier abattu alors qu’il n’a pas ses 16 ans.

Aux dernières nouvelles au Ruisseau de la Robinière, Nicolas a effectué un deuxième tir aussi précis, puisqu’en plein cœur d’une bête de 70kilos.

Bravo Nico, tu es d’une lignée de bons tireurs, nous te souhaitons bonne chance

 

gedc1017 (Copier).jpg

 

Photos

1-     Nicolas auprès de sa première bête tuée

2-     JM. Prêtre, André sacristain badigeonnent de sang Nicolas devant son grand-père José

06:00 Publié dans CHASSE | Lien permanent | Commentaires (0)

Une chasse au gros avec difficulté et dégâts

Dimanche lors d’une battue au sanglier sur le territoire de Fabrezan, il a fallu plus de trois heures pour mettre hors combat un sanglier d’un poids de 114kilos.

La bête effectuait des arrêts espacés, se mettant au ferme faisant face aux chiens de meute, les repoussant vivement de ses défenses acérées. Les piqueurs faisaient de leur mieux pour mettre un terme à ces ébats. Résultat ; deux chiens ( appartenant à M. Claude Boffelli) ont été massacrés par le sanglier et quatre autres grièvement blessés. Robert Grino en fin d’après midi, a mis fin au calvaire abattant le sanglier d’une balle en pleine tête.

13.09.2013

La chasse au sanglier indispensable pour la viticulture

 

2013.(sept)08.jpg

Non ce document photographique n’est pas simplement pour marquer la gloire de nos nemrods au gros  après une battue, mais plutôt de s’inquiéter du développement de ses pachydermes, lesquels d’année en année augmentent leur densité. Il y a plus d’un demi-siècle il était rare d’en croiser un qui parfois des Ardennes descendait au Sud de la France.

Ces bêtes ont pris goût aux raisins, notamment les blancs peut-être plus sucrés, et se gîtent dans les bois et couverts proches des rivières, aux abords donc du vignoble et de parcelles arrachées devenues champs qui leur servent aussi de grenier à blé. Alors si la chasse ne se pratiquait plus, ne verrions nous pas ces cochons sauvages aux portes de nos villes ?

Revenons à l’exploit du Rallye du Val d’Orbieu (Fabrezan, Camplong et Ribaute); c’est sur ce dernier territoire que le 8 sept., 11 sangliers sont passés de vie à trépas grâce au relevé des traces de Patrick Guiméra et à la finesse des tirs de Yves Perramond (4), Carlos Fonseca (1)J.louis Lubès (1), Mathieu Ricard (1), Claude Boffelli (1) Taillan René (1), Barthe L (2). Ce score au 8 septembre étant de 43 bêtes abattues depuis le 15 août, les actions de chasse n’étant effectuées que la matinée seulement

Photo : 11 sangliers, résultat d’une battue d’une trentaine de chasseurs le 8 sept 2013

06:04 Publié dans CHASSE | Lien permanent | Commentaires (0)