30.05.2017

Les trois quilles remises en état grâce au dévouement des villageois

 

Commune de COUSTOUGE

Se conférer à l’article paru le 16mai 2017

     Elles guettaient, elles continueront de guetter puisque les voilà relevées !

     C’est dans un formidable élan d’enthousiasme qu’une vingtaine de  Coustougeoises et de Coustougeois ont pris un dimanche matin,  le sentier qui conduit aux trois quilles. Tous n’avaient pas vu les quilles mises à bas. Le moment de stupeur, d’incompréhension et d’indignation passé, on se mit au travail. Peut-être ne fallut-il guère plus de temps aux « bâtisseurs » pour les rebâtir qu’il n’en fallut aux « déquilleurs » pour les effondrer. Heureusement, les vandales n’avaient eu ni la force, ni le temps, ni le courage d’éparpiller les lauses. Cet oubli facilita la tâche et chacun put ramasser sa pierre et la placer judicieusement. En une matinée, les trois quilles se dressaient à nouveau,  reconstruites solidement, à l’identique, avec maîtrise et dans la bonne humeur.

2017.05.26 (Copier).JPG

   A midi, à la Fontaine fraîche, tous les acteurs étaient réunis autour d’un repas pour lequel chacun avait préparé son écot. Ce  moment de convivialité et de gaieté mettait un terme à cette matinée de travail.

     Certains diront : « Que d’histoire pour trois simples tas de cailloux écroulés.» La remarque est arrogante; elle montre aussi une certaine ignorance; dans une certaine mesure elle justifierait presque le comportement des démolisseurs pour qui ces quilles n’apparaissaient sans doute que comme trois vulgaires tas de cailloux empilés les uns sur les autres. Elles n’avaient aucune valeur pour eux, c’est plus facile pour détruire !

photos : Ces volontaires Coustougeois ont remis en état les quilles vandalisées2017.05.26 (2).JPG

     Cependant ces pierres ont une histoire. Une histoire qui appartient au village de Coustouge. Elles font partie de son patrimoine. La plus haute, la plus fière était la plus ancienne; elle avait été édifiée par un berger dans la deuxième moitié du XIXème siècle; les deux autres plus modestes avaient, elles, été érigées par les enfants du village aujourd’hui adultes. Les pierres qui ont servi à les bâtir ne sont donc pas de simples cailloux. En outre bâtir une quille n’est pas une mince affaire; il y faut de la force, de la persévérance, de l’humilité et de l’art.

 

 

     Les voilà à nouveau dressées au sommet de la colline, visibles depuis la place du Rond.

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.