07.04.2016

Figure emblématique fabrezanaise Robert Blanc nous a quittés

P1020120 (Copier).JPG

Bon voyage Robert…voilà ce que nous aurions pu répondre à l’annonce peu joyeuse de la disparition le 31 mars dernier, exilé volontaire à l’Île de la Réunion, ceci à la veille de souffler  ses  74 bougies. Robert a marqué sa vie durant, tous ceux qui l’ont approché : à commencer par ses camarades de classe  à Fabrezan,  qui se souviennent de ses blagues potaches, ou de ses coups de gueule de son père Edmond, appariteur local, lorsqu’il lui courrait après. Ou encore des générations d’élèves qu’il a formées en Algérie, après l’Indépendance, puis à Berlin au temps du Mur. C’était un passionné en tout, parfois même excessif, soit dans le bridge, où le rugby, malgré un manque de lien dans ses deux pratiques, l’esprit de stratégie et d’enjeu  enthousiasmait ce gentlemen aux jeux de main. Pour lui, après le coup de sifflet final il aimait et se donnait entre copains aux joies de la 3ème mi-temps.

Robert a passé la fin de carrière d’instit dans l’Île de la Réunion, avec une liberté de corps et d’esprit, qui lui allait comme un gant ainsi qu’à sa compagne, en aucun cas il ne portait de chaussures fermées. Privé de pratique au rugby comme joueur, il s’est spécialisé dans l’arbitrage, et fit partie des instances officielles du XV Réunionais. Au bridge sa vivacité d’esprit ne lui a jamais fait défaut, au point de le conduire à Pékin pour les premières Olympiades des jeux de l’Esprit.

Fabrezan c’était son village, celui de ses parents, de ses amis, souvent il profitait de ses congés pour y séjourner, profitant des fêtes locales pour s’exprimer par ses participations comme durant les Journées symboliques de 1900. Son parcours, sa belle course « good game » est un bel exemple sur lequel il est difficile d’écrire le mot Fin. Ne l’écrivons pas, ça lui aurait tellement fait plaisir de nous faire encore une bonne blague.

Par notre chronique nous tenons à présenter aux familles de ses enfants Sophie, (agent de voyage à Toulouse), Cécile (professeur des écoles à l’Union 31), Stéphane (pizaïolo à Fabrezan) à ses petits enfants, Chiara, Jeanne, Marius, Alric et Paula), ainsi qu’aux parents et alliés affligés par ce deuil, nos plus sincères condoléances. Son incinération a eut lieu le 4 avril, à La Sabine (La Réunion), suivie de la dispersion de ses cendres dans l’Océan Indien.

Les commentaires sont fermés.