01.04.2016

Enigme, la source de la Fount’Introuze resurgit à 1km plus loin de sa source, au pied du barrage

barrage fabrezan-1.jpg

 

Etonnements et Interrogations, pour la population fabrezanaise de voir qu’au barrage écrêteur, récemment effectué cet été dernier, par l’Entreprise Cazals de Salles sur l’Hers, une forte arrivée d’eau, venant d’on ne sait d’où, créant légèrement en amont de la digue  (hauteur 5m.60, côte 90,25m NGF, un plan d’eau s’élargissant de jour en jour. On ne sait si cette alimentation va persévérer.

                                   Ce que l’on ne comprend pas :

Des ingénieurs en hydraulique informés, supposent plusieurs solutions : 1-Lors de travaux au droit de l’ancien puits un affaissement de terrain de plus de 2mètres de profondeur, aurait créé un détournement de ruisseau souterrain. 2- La source située 1km en amont, lieu dit Le Naissant en limite communale, est depuis plus d’un an tarie. 3-Dans le voisinage, à Camplong la fontaine de la Place vient de tarir ces jours derniers, fin mars ; à Fontcouverte constatation confirmée, le ruisseau de Font-Calel alimentant leur piscine aérienne, s’est complètement asséché. Par contre dans la direction Notre Dame, la rivière de l’Orbieu, le puits du cimetière est en limite de débordement, la source du ruisseau de la Rouminguière et le bassin de Frank ont doublé leur volume en quelques jours.

                                   En conclusion pas de risque au barrage

Comme envisagé depuis plusieurs siècles, la Foun’Introuze n’aurait pas, comme l’on croyait, son origine Pyrénéenne, mais plutôt d’un courant souterrain venant de la Montagne Noire, ravitaillant le Canal du Midi, et plus encore, les communes du Minervois, contribuant aux alimentations précitées de Camplong, Fontcouverte et Moux. Sur les archives, consultées en mairie, le moine (solitaire) habitant la chapelle de Notre Dame de Consolation période de fin du XVIIIème siècle, mentionnait : ‘ la source située au pied de la chapelle, me sert en eau potable et ma toilette’.

                                            Un avis d’ingénierie

            Au maire et membres du conseil, présents sur les lieux, l’Ingénieur en hydraulique, définit : « Si la résurgence d’eau s’accentue, aucune crainte, le plan d’eau s’écoulera en arrivant à la base du radier d’évacuation et son débit sera inférieur aux prévisions projetées. »

Mais déjà, sont lancés : certains à propos, tels que : Prise d’eau pour hélicoptère, au cas d’incendie, lâcher de truites pour la pêche, pédalos pour jeux d’enfants écoles ou Centre de loisirs, pompage pour goutte à goutte aux propriétés viticoles.

 Allez donc savoir un bouleversement à toujours ses conséquences ! Attendons aux lendemains !

 

 

 

Les commentaires sont fermés.