13.05.2015

Emotion fabrezanaise au décès d’Ange Ayora

 

2010.05..28 003.jpg

C’est avec une grande tristesse émotionnelle que bon nombre de fabrezanais apprenaient au soir de ce 8 mai, jour du 70ème anniversaire de la Victoire de 1945, le décès d’Ange Ayora. Dans le public et parmi les officiels son nom et son histoire de déporté à Dachau avaient  été évoqués, le matin même, lors de la commémoration au monument aux morts.

                        Ange fut connu à Fabrezan par ces nombreux contacts

Après les années de guerre 39/45, la vie active populaire reprenait, c’est un jour de l’Ascension en mai, qu’Ange se faisait connaître, équipier d’une quadrette narbonnaise lors du concours de l’union Bouliste en jeu lyonnais. Nous apprenions ce jour là, son passé de déporté ; parmi quelques familles fabrezanaises boulistes, se rapprochaient de lui deux internés politiques, et une déportée à Ravensbruck. Ce contact va marquer avec lui, durant de nombreuses années une grande amitié car il avait marqué l’opinion par sa présence sportive, ce jour de l’Ascension.

2010.05..28 002 [800x600].jpgOn prenait plaisir à l’écouter,  contant ces années de déportation par des récits de sa vie endurée, auxquels ses témoignages marquaient l’horreur et la barbarie des nazis. Plus tard, entreprenant son devoir de mémoire auprès des écoliers, et des étudiants, nous avons eu l’honneur de le recevoir en Médiathèque à Fabrezan le 28 mai 2010 où Ange est venu à la rencontre de nos jeunes scolaires, de la population et de ses amis fabrezanais (voir notre article édité le  3/06/2010 intitulé « je veux que l’on sache). Cet après midi là, il nous a présenté un film de la période Hitlérienne, mais aussi son uniforme de déporté, (veste et pantalon portant son matricule 77685), nous contant son histoire de ses 17ans à sa libération des camps nazis, avec  d’amples détails, dans un silence d’écoute qui ont ému et porté à la méditation. C’est avec émotion qu’enfants et adultes ont pu comprendre la réalité des horreurs où la dignité humaine a été outrageusement bafouée. Ayant présenté et dédicacé son livre « Comment faisiez vous pour dormir » sa conclusion fut toujours axée sur son devoir de mémoire contre l’inhumanité et pour ne pas oublier.

2010.05..28 010.jpg

Nous ne pouvons que souligner son extrême gentillesse, sa sympathie permanente, et lui adresser virtuellement un grand Merci. Nous tenons à présenter aux familles de ses trois enfants Monique, Alain et Martine, à ses petits enfants parmi lesquels David Ayora est employé comme chef en cuisine de la Pizzéria fabrezanaise L’Heureux Tour.

 

 

 

Photos : 1- Ange devant une classe d’écoliers de Fabrezan. 2- Présentation de son uniforme de déporté 3- Dédicace de son livre « Comment faisiez vous pour dormir »

Les commentaires sont fermés.