19.04.2015

Couples enracinés Fabrezanots : nés, mariés et vivants à Fabrezan

 

racines3.jpg

 

Il est à Fabrezan, en ces jours de l’an  2015 près de 1300 personnes vivant entre ces murs. (956 en 1800). Un couple formé d’une tour construite au XIIème siècle, et d’une église avec son clocher du XIIIème et XIVème siècle qui ancrés dans le sol fabrezanais, ont dans le temps accompagné la vie de nombreuses générations.

Parmi celles-ci, nous allons nous pencher sur certaines familles, qui par l’amour du pays natal, l’attachement aux dons de leurs ancêtres, sont aujourd’hui : vivant sous le même toit, nés tous deux à Fabrezan, s’y étant mariés, et y vivant encore. Ayant aussi leur famille,  parents, grands parents et souvent arrières dans leur dernière demeure au cimetière local.

                                 Familles Rolland-Oncins, nos enracinés d’aujourd’hui.

Janine Rolland né le 15mai 1931 à Fabrezan, fille du secrétaire de mairie, mariée avec Louis Oncins le 23 décembre 1950 par le maire M.Bouffet, est restée mère au foyer avec ses trois enfants Albert (1951), Robert (1957, Patrick 1964).

Louis Oncins, né le 13 09 1927 à Fabrezan, fils de M.André Oncins entreprise d’autocar, lignes Lagrasse-Narbonne et Carcassonne. En 1942 l’armée allemande confisque le car au père, lequel se recycle dans la viticulture (en fermage propriété Vidal). Louis en 1954 passe l’examen de gendarme, sera nommé en septembre à Bellay (Ain) et jusqu’en 1963 effectuera des périodes de 8 mois à Assi-Messaoud (Algérie) et 4 mois en France. Nommé à Tléffort (Ain) dans la gendarmerie départementale, en 1968 il sera nommé à Coursan (11) où il prendra sa retraite en 1982 à l’âge de 55 ans.

Tous deux viendront se ressourcer au pays natal, s’incrustant dans une association locale, profitant de la famille de leurs enfants, 5 petits enfants, 4 arrières petits enfants. Parmi leurs petits enfants nous citerons nos compatriotes Cyril mécanicien avec son père Patrick à St-Laurent Auto, et Maxime le dévoué président du Comité des fêtes local possédant également le mal du pays.

Question à Louis : Vos bons moments ? le milieu familial, le sport d’après guerre avec le rugby au XV local, ma carrière militaire et profiter avec mon épouse de bons moments de retraités.

Document photo :Entre la tour et le clocher le couple d’enracinés Fabrezanots, Jeanine et Louis Oncins.

 

Les commentaires sont fermés.