08.05.2014

ADIEU MAX

 photo journal.jpgJONQUIÈRES 

HOMMAGE A MAX MESTRE

Ce Samedi 3 Mai 2014, plus d’une centaine de marcheurs ont rendu un dernier et solennel hommage à Max Mestre, fondateur et président de l’association des « Passéjaïres du Canton de Durban », en foulant les sentiers et chemins de son village de Jonquières, « camins » qu’il parcourait régulièrement avec Toy son fidèle épagneul breton. Empreinte d’une grande émotion, cette marche s’est achevée par le dépôt d’une plaque du souvenir sur sa dernière demeure.

Cette association fondée par Max en 2010 dans le cadre du Développement Local de la Communauté de Communes du Canton de Durban Corbières dont il était Vice Président,  regroupe deux cents marcheurs issus à l’origine des 14 communes du Canton, et rayonne aujourd’hui jusqu’à Fabrezan, Lézignan, Palairac, Tuchan, Narbonne et Carcassonne. Elle restera le dernier grand engagement de Max et sa devise symbolise la représentation de la vie telle qu’il la concevait et telle qu’il l’a vécue : « se rencontrer, se connaître, marcher c’est convivial ».

Après avoir usé ses pantalons sur les bancs de la Communale de Jonquières, avec son cousin Claude, Max quitte le pays pour s’en aller suivre des études secondaires techniques d’abord à  Mazamet et ensuite à Tarbes, malgré qu’il ait déjà rencontré Monique, sa future épouse. C’est là qu’il connaîtra ses indéfectibles amis de toujours, Pierrot et Pierrette.

1959. Grande date de sa vie. Il réussit le concours d’entrée à l’Ecole d’ Ingénieurs des Arts et Métiers à Cluny et en ressort quatre ans plus tard avec son diplôme en poche, non sans avoir fait découvrir le rugby et la pétanque à ses collègues Bourguignons. Après une année de formation chez Sud Aviation à Toulouse, se pose à Max la question de son orientation professionnelle. Sa formation le prépare tout naturellement à une grande carrière dans l’industrie. Convoqué à un entretien d’embauche à coté de Thionville, dans la « Vallée des Hauts Fourneaux », là ou à cette époque le soleil ne brillait jamais car masqué par la pollution atmosphérique, il en revient en jurant « jamais cela, je vivrais dans les Corbières ! ». Il ne les quittera plus.

Ingénieur en Chef aux Services Techniques de la Ville de Narbonne, pendant six ans, en 1971 il décide de se consacrer aux jeunes et à l’enseignement. Il devient Chef des Travaux responsable de l’enseignement professionnel, en charge de la gestion matérielle et pédagogique à la Cité Technique de Narbonne (aujourd’hui, Lycée Diderot), fonction qu’il assumera tout le restant de sa vie active. Par sa recherche de l’excellence il a poussé son établissement vers l’enseignement supérieur. L’animation et  le travail en équipe qu’il a impulsés ont permis de créer la section BTS Maintenance et d’obtenir des résultats exceptionnels. L’impact fut tel que l’organisation Narbonnaise fut prise comme exemple au plan national et jusqu’en Catalogne espagnole. Quelques jours avant son départ, Max participait encore à l’assemblée générale de l’association des anciens élèves « Narbonne Maintenance » qu’il avait créée dans un objectif d’entraide pour l’emploi. Il faut souligner que pour pouvoir enseigner à la Cité Technique et bien que titulaire d’un diplôme d’ingénieur, Max avait du reprendre les cours afin d’obtenir une Agrégation de Mécanique. Hasards de la vie,… son petit fils Damien est Ingénieur des Arts et Métiers de Cluny et sa petite fille, Camille est professeur agrégé de Mathématiques ! Toute la vie de Max aura été un engagement permanent vers l’autre : rencontrer, découvrir, aimer, animer, s’impliquer, fédérer et tout cela dans la défense, la préservation et le développement de son Pays, « les Corbières ». Très engagé dans la vie politique et associative locale, on le retrouvait toujours impliqué dans de nombreuses activités. Conseiller municipal pendant 16 ans, puis Maire de Jonquières durant 28 ans, Vice Président actif et mobilisateur de la Communauté de Communes du Canton de Durban Corbières, Délégué au Pays Touristique Corbières Minervois, militant politique, joueur et entraîneur de rugby, spécialiste de la permaculture, trufficulteur, Max a toujours refusé les mandats départementaux ou régionaux considérant que son engagement n’avait d’efficacité que sur le terrain.

 

hommage_max_jonqui�res_le_3_mai_2014_038.jpg

 

Après avoir vécu la vie qu’il avait choisie, Max Mestre est parti, trop tôt pour tous et pour ses deux autres petits enfants, Thomas et Chloé-Kay qu’il ne verra pas grandir, mais Max reste présent à nos cotés. Toutes nos condoléances à Monique son épouse, ses enfants, petits enfants et toute sa famille.

Photos: 1- Max fut Ingénieur en Chef des services tecniques de la ille de Narbonne 

 2-Une centaine de reandonnaurs sont venus lui rendre à Jonquières un dernier hommage

 

Les commentaires sont fermés.