01.01.2014

Retrouvailles Un sergent 4 appelés 52 ans d’amitié

Cela se passait en décembre 1961, à la gare de Charleville Mézières, où le sergent Alain Noguero (de Portel) attendait avec un camion de l’armée, les soldats appelés, incorporés au 91ème régiment d’infanterie. A la descente du train, il lança « Nia qu’aocun de l’Aodo » (Y en a-t-il de l’Aude) Trois d’entre eux lancèrent « Yéou » moi. C’était Christophe Montoliu (Fabrezan) Francis Mentreka (Ventenac d’Aude)) Roger Vinueza (Lézignan). Entrés en caserne tous trois compatissent avec un grenoblois Joseph Porte

                              Alain sera l’instructeur au peloton

Les quatre nouveaux amis, seront alors incorporés au peloton de sous officier, dirigé par Alain leur sergent instructeur. Une amitié va naître entre ces cinq militaires. Leur première fête se fera lors des fêtes de fin d’année, où le Corbières, la cartagène audoise et les noix de Grenoble les amèneront aux portes d’une petite « mounine » qu’on appelle aujourd’hui « le taux de plus 0,5). Deux années d’armée les rapprocheront davantage, libérés en 1963, ils continueront à correspondre et se réunir assez souvent depuis.

                             Soirées repas et d’anecdotes souvenir

Dernièrement, ce fit le cas en cette fin d’année, autour d’une bonne table dressée par Maguy, épouse de Christophe, ces cinq amis se sont retrouvés. au hameau des Granges Basses de Villerouge la Crémade,  où saumon, corbières, cartagène et  noix  renouvelèrent une fois encore la soirée mémorable de leur rencontre à Charleville Mézières. Parmi les anecdotes multiples, nous en citerons une, celle ou après une nuit fort agitée, anniversaire de leur premier contact. Alain était chef de poste, Joseph sous-chef, Roger et Francis hommes de garde. Christophe, lui, était alors chauffeur du Colonel, et eut pour mission d’accompagner celui-ci et son épouse en visite au régiment. Les honneurs furent rendues (tant bien que mal) à cet officier supérieur, lequel de dire à son chauffeur «  c’est quoi cette armée en déroute ? son responsable aura de mes nouvelles » Mais la réaction de Christophe fut « Mon Colonel c’est un gars du Pays, et en plus mon ami » « Bon pour cette fois » lui rétorqua le haut gradé. Cinquante deux années après cette anecdote est revenue sur le tapis en cette fin d’années où audois et grenoblois ont une fois encore se sont convivialement retrouvés

 

Copie de 2013.12.08 059.jpg

 

Photos : Les cinq copains :  derrière Alain Noguero, Roger, Christophe, Francis et Joseph

Les commentaires sont fermés.