18.02.2012

Alors qu’il fleurissait le froid l’effondre

La douceur de décembre et janvier 2011/2012, avait quelque peu provoqué certaines perturbations dans le cycle de la végétation. Des amandiers en fleurs à la Noël, des jonquilles, des roses avaient également éclos prématurément. Là, c’est un magnifique figuier de barbarie, situé plein sud, à l’abri du vent du nord, qui avait conçu sur certaines pales quelques figues précoces. Auraient-elles mûri ? sait-on jamais, le froid de la chandeleur lui a coupé, suivant l’expression «  l’herbe sous les pieds ». et son gigantisme naturel s’est ainsi effondré. Si l’on se souvient (ceux nés avant 1950) de l’hiver 56, dans l’arboriculture, des oliviers, des ceps de vignes, des mimosas, et bien d’autres fruitiers ont été victimes des 20 journées de froid intense. 56 années après l’hiver aura à nouveau laissé ses marquies inoubliables.

2012.02.13 001 [800x600].jpg

1-Le figuier de barbarie des Ières a cédé

22010.09.08 002 [800x600].jpg (médaillon) :il avait été prolifique en été 2011

Les commentaires sont fermés.