01.04.2011

L’ACCA investit 150 000 euros dans le développement de la perdrix rouge

L’hiver 2010-2011 n’a pas été de tout repos pour les dirigeants de l’ACCA Fabrezanaise présidée par JR ( Jacques et René) qui se sont lancés dans une opération gigantesque pour le rétablissement de la chasse à la perdrix comme au temps des années d’après guerre 47/60

Des investissements matériels

On ne peut améliorer la population de ces volatiles, sans une production effective. Pour cela l’achat de cinq incubateurs de 120 œufs chacun a permis la naissance de plus d’un demi-millier de poussins en batteries conditionnées dans un local adapté au lieu dit La Serre. L’achat des œufs et de la nourriture adaptée jusqu’au premier mois après la naissance a été fournie par une Société espagnole des environs d’Albacete, qui leur demande la livraison de 20% de sujets à l’âge de deux mois pour le repeuplement de « cotos »  réserves espagnoles.

La Fédération départementale et l’Office National des Forêts aident par subventions l’ACCA qui peut en ce cas équilibrer son budget, apaisant les inquiétudes du comptable en chef Christian. Une livraison gratuite de blé dé-contingenté a été offerte par les greniers à grains de Castelnaudary.

Efforts physiques et financiers

Une complexité s’instaure, c’est la sauvegarde du cheptel après le lâcher. Celui-ci se faisant dans la construction de six enclos d’adaptation préalable avant envol, situés aux Scouloubris, aux Lègnes, à Canto Perdrix, à la Boutignane, à Belle vue et dans les avals. Tous les chasseurs de gros gibier et petit gibier devront obligatoirement dans les prochains mois de mai à juin effectuer quatre journées gratuitement pour la mise en place de ces enclos. Les cotisations annuelles sont rehaussées au prix de 400 euros l’année, avec cependant la gratuité pour les jeunes de 18/20 ans et les plus de 80ans. Bien sûr un apport de recettes sera effectué par la mise à disposition aux diverses sociétés de chasse de jeunes perdreaux (variant de 2 à 4 mois).

Les félicitations des organismes Chasse, Environnement, Ministère de l’Écologie permettent à croire que ces efforts ne seront pas vains et seront d’ici quelques années suivis par d’autres ACCA qui ont à cœur de voir la chasse au petit gibier retrouver toutes ses valeurs ancestrales.

On ne saurait demander aux propriétaires de chiens de bien vouloir les tenir en laisse dans leurs promenades quotidiennes.

Le dernier lâcher au lieu dit Les Peyrouses d’une compagnie de perdreau de deux mois.

07:00 Publié dans CHASSE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.